Les gestes barrières pour participer à On the Moon Again

Il s’agit ici de mobiliser les astronomes amateurs dans la recherche des gestes barrières que nous devons adopter dans notre pratique. Comme vous le savez, les yeux et leurs muqueuses sont des portes d’entrée et de sortie de contaminations par le virus SARS-CoV-2. Elles sont connectées aux voies nasales par le canal nasolacrimal via le sac lacrimal. De ce fait, mettre l’œil à l’oculaire, ou à son chercheur, ou observer avec une paire de jumelles, ou encore viser avec son appareil photo reflex et propose ensuite l’observation à une autre personne sont des gestes à risques contribuant potentiellement à la circulation du virus. Bien entendu en groupe et pour tout le monde, le port du masque, l’hygiène des mains (en se lavant les mains avec du savon ou en employant le gel hydro-alcoolique) et le respect des gestes de distanciation physique s’imposent à nous, y compris dans les soirées d’observations avec les manipulations des instruments astronomiques.

Une bonne hygiène des mains et des yeux, des gants, de vos lunettes et oculaires ou viseurs pouvant entrer en contact avec les yeux et les tissus à proximité directe est ainsi indispensable entre chaque observateur. Si vous êtes porteur de lunettes, il est recommandé de les conserver pour ainsi avoir une première barrière, même pour les hypermétropes et les myopes qui pouvaient compenser leur vision en corrigeant la mise au point de l’oculaire. Il est déconseillé de porter ses entilles de contact, du fait des conséquences du virus pouvant générer des conjonctivites ou des kératoconjonctivites. Ces symptômes sont décrits par les sociétés savantes d’ophtalmologie comme étant un des premiers symptômes possibles d’une infection de la Covid-19 (sfo-online.fr/revue-presse/covid-19-lprotection- oculaire-de-mise-et-conjonctivite-possible). Pour les non-porteurs de lunettes de correction ayant une bonne vue, il est recommandé de porter une visière ou mieux des lunettes de protection de qualité optique pour ainsi avoir une barrière pour protéger ses yeux ou ne pas transmettre le virus par ses sécrétions oculaires.


Pour les oculaires, on choisira de préférences des modèles ayant un relief d’œil important (distance entre le verre d’œil et le cercle oculaire), mieux adaptés aux ports de lunettes et n’attirant pas à coller son œil à l’oculaire. Ains les oculaires de longues focales et avec les combinaisons Orthoscopiques ou Plössl sont, de ce point de vue, préférables et on pourra éventuellement rabattre ou retirer l’éventuelle bonnette en caoutchouc de l’oculaire pour  éviter le contact.


Les produits et les gestes suivants sont recommandés :

  • pour les yeux, à ce stade, on ne connait pas de collyre virucide contre la Covid-19, aussi le simple geste d’hygiène de lavage de la peau à proximité des yeux et recommandé avec de l’eau et du savon, bien entendu le gel hydro alcoolique n’est pas approprié car trop irritant

  • pour désinfecter les lunettes utiliser par exemple les lingettes imbibées d’une dilution d’Ethanol et de Digluconate de Chlorhexidine comme les lingettes Anios, ou bien réaliser leur lavage à l’eau à température ambiante (pour éviter un choc thermique qui dégraderait les couches minces antireflet) avec un savon

  • pour les oculaires, le produit précédent peut être employé ou une dilution d’Ethanol ou mieux d’Isopropanol qui ont un pouvoir désinfectant et dégraissant. L’eau distillée avec un surfactant ou liquide vaisselle neutre, peut comme à l’accoutumé être appliquée.

  • Enfin n’oubliez pas de nettoyer et désinfecter boutons des montures, molettes de mise au point, les raquettes, dalles tactiles, claviers et souris qui sont des pièges dans la transmission du virus, si vous êtes plusieurs à les manipuler successivement

  • Bien entendu, les appareils photo numériques, cameras CCD et les cameras CMOS se substituant à nos yeux au foyer des télescopes et lunettes, en étant associés à des écrans d’affichages par un moyen de transmission en temps réel constituent des solutions à privilégier. Il est possible aussi de réaliser ce partage de l’affichage avec les smart-phones soit directement, ou éventuellement en passant par les applications de visio-conférences. Tout ceciconstitue des sources d’idées pour réaliser des animations et partager en groupe la découverte du ciel en sécurité.

Martine et Thierry Midavaine - Société Astronomique de France